Du voyage au développement

Votre voyage est un levier pour le développement économique des communautés
 
Construction d'une route
 
Depuis près de 20 ans, les revenus du tourisme ont permis de nombreuses actions de développement dans les villages et organisations partenaires.
Les revenus des séjours ont aussi un effet sur les autres activités économiques locales (achat de la nourriture, animations, entretiens des infrastructures...) et nationales (location véhicules, hôtels, restaurants, visites...).
 
 
Camembert de répartition du prix du voyage (année 2015)
 
 
Les retombées économiques
L’activité touristique assure aux Villages d’Accueil des ressources appréciables pour leur développement quand on la compare aux ressources habituelles dont disposent les institutions villageoises pour financer leurs projets. Dans les régions où l’économie est faiblement monétarisée, les institutions villageoises sont rarement capables de lever des cotisations importantes auprès des habitants.
 
Voir les projets de développement menés sur chacun des pays dans l'onglet : projets de développement
 
>> Écouter l'ITW de Robert, président du CVD Burkina-Faso
>> On reste au Burkina pour un témoignage vidéo sur l'impact du tourisme solidaire
 
Un levier pour des financements plus importants
 
Si ces ressources restent malgré tout modestes au regard du coût des infrastructures et des équipements dont les communautés souhaitent se doter, elles ont cependant un réel effet dynamisant. Le plus souvent, elles permettent aux villages de dégager leur quote-part d’autofinancement, ce qui facilite la mise en place de collaborations et de co-financements avec des ONGs internationales, ou avec les ministères nationaux.
Un autre aspect positif vient de l’effet de synergie, né de la relation avec d’anciens voyageurs de TDS Voyage, qui a conduit à la création de quelques associations en France, dont l’objet est de soutenir des projets de développement dans les villages. Dans quelques cas, d’anciens voyageurs, à titre individuel ont soutenu un projet collectif dans un village, comme par exemple le stade scolaire à Gnidjazoun au Bénin.
En 10 ans, associés à des co-financements de partenaires locaux et d’anciens voyageurs, les bénéfices ont généré pour 183 000 euros d’actions dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’eau, de l’assainissement, des transports, de la culture, de l’artisanat, de l’environnement, du maraîchage…
 
Les retombées en terme de compétence et les autres effets sociaux
 
Outre l’aspect économique, l’activité touristique est à l’origine de nombreux apprentissages au sein des villages.
Les compétences développées concernent la gestion, la programmation, l’animation et l’expression. Les pratiques induites par l’accueil (hygiène, cuisine, santé, salubrité…) sont diffusées et mises en pratique au-delà de l’activité touristique. Les cuisinières, les serveurs de la concession des voyageurs sont interpellés pour l’organisation de cérémonies et des fêtes communautaires ou familiales.
La participation du plus grand nombre et non pas d’un groupe d’individus à la gestion du projet et de ses retombées renforce la vie citoyenne et la démocratie participative. Les organisations villageoises sont fortifiées par le renforcement de leurs capacités en terme de gestion d’un projet.
La place des jeunes et des femmes dans le dispositif de gestion des activités entraîne une valorisation de leur statut au-delà de l’activité touristique et renforce leur position sociale dans le village.
Les instituteurs insistent sur les effets positifs vis-à-vis des apprentissages scolaires. L’attention marquée des voyageurs revalorise l’école et les cursus scolaire. L’apprentissage du français est facilité parce qu’il devient occasionnellement une langue de communication au village.