Cambodge

Le Cambodge est situé au Sud-Est de l'Asie. Il compte aujourd'hui près de 15 millions d'habitants, dont 80% de ruraux. Monarchie constitutionnelle depuis 1997, sa récente stabilité politique lui permet désormais de se focaliser sur sa reconstruction et sur son développement économique.

Phnom Kulen, Angkor, Siem Reap, Phnom Penh, Tonlé Sap
circuit accompagné
Prochain départ : 11/11/2017
Autre mois de départ :
Durée : 15 jours
À partir de
2390 €
Type :
balade, circuit, immersion
Public :
tout public
Vous aimerez : Les superbes paysages entre rizières et jungle exubérante, villages flottants et belles cités ou temples d'Angkor, et surtout, l'amabilité et l'accueil de la population.
Angkor, Phnom Kulen, Battambang, Siem Reap
circuit accompagné
Prochain départ : 02/12/2017
Autre mois de départ :
Durée : 12 jours
À partir de
2090 €
Type :
circuit
Public :
famille, tout public
Vous aimerez : Cette vision du Cambodge sacré, urbain et rural

LE CAMBODGE

le Cambodge


GÉOGRAPHIE

Bordé à l'Ouest et au Nord-Ouest par la Thaïlande, au Nord-Est par le Laos, à l'Est et au Sud-Est par le Vietnam, le côté Sud du Cambodge plonge dans le Golfe de Siam. 
Entre plaines légèrement ondulées et plateaux bas, le pays présente quelques chaînes montagneuses : la chaîne des Cardamomes, celle des éléphants, ou le mont Phnom Aural. 
Le Mékong et le vaste lac de Tonlé Sap (le plus grand lac d'eau douce d'Asie du Sud Est) figurent également parmi les traits particuliers de la géographie cambodgienne. À la saison des pluies, leurs bassins communiquent, le Mékong déversant alors son trop plein dans le Tonlé Sap, passant alors de 2 700 kilomètres carrés à près de 10 360 kilomètres carrés. Pendant la saison sèche, à l'inverse, c'est le lac qui alimente le fleuve. Dans cette plaine alluviale, la majorité des habitants vit de la pêche et de l'agriculture. 
Le littoral cambodgien, au Sud, étendu sur plus de 435 km, laisse apparaitre des plages tropicales et de multiples îles au large.  
Les paysages de forêts, au sud-ouest et au nord-est, autour de la chaîne des Cardamomes et de Ratanakiri, assurent encore aujourd'hui une atmosphère de véritable jungle. 
 

HISTOIRE

L'ère impériale angkorienne, étalée sur plus de quatre siècles (800-1431 apr. J.-C.), laisse derrière ses vestiges de pierres, les temples d'Angkor, qui comptent aujourd'hui parmi les plus somptueuses traces de la civilisation des hommes.
À partir du XVIème, les conflits frontaliers avec les Siams et les Vietnamiens se multiplient. Au XVIème siècle, la capitale est transférée à Lovêk. La royauté est renversée par les Siams qui conquièrent la province Siem Reap (Angkor). En 1673, les Ngyuen (peuple vietnamien) envahissent à leur tour le pays.
L'alternance de domination vietnamienne et thaïe prend fin en 1863 après la conquête du ViÍtnam par les Français qui obligent le roi Norodom Ier à signer un traité de protectorat. En 1941, Norodom Sihanouk, alors âgé de 19 ans, accède au trône, soutenu par les Français. Le 9 mars 1945, le Japon s'empare du pouvoir en Indochine. Suite à sa capitulation, la même année, le Cambodge revient à la France.
le 9 novembre 1953, le Cambodge devient totalement indépendant de la France.
Entre 1975-1979, le génocide khmer touche près de deux millions de personnes, soupçonnées d'avoir soutenu l'ancien régime. Les villes sont totalement vidées, leurs habitants contraints de rejoindre les campagnes à pied pour y être réduits en esclavage. Le pays se coupe alors totalement du reste du monde. Pol Pot, placé à la tête du parti, entame enfin la "purification" de la population.
Depuis les années 1990, le pays tente peu à peu de revenir à la normalité. La monarchie constitutionnelle est rétablie en septembre 1993. Norodom Sihanouk redevient roi. Norodom Ranariddh est quant à lui nommé Premier ministre et Hun Sen second Premier ministre. À partir de 1998, une politique de réconciliation nationale est engagée. En 2004, le Cambodge est un État paysan, pauvre et devant faire face à de grandes difficultés (rupture d'approvisionnement, analphabétisme, mortalité néo-natale, espérance de vie limitée) mais depuis quelques années, le pays ouvre ses portes au tourisme occidental et accède ainsi à de nouvelles sources de revenus.
 

LANGUE

La langue maternelle des cambodgiens mais aussi la langue parlée est le khmer. Le français lui est utilisé dans le cadre de l'écrit administratif. On retrouve également l'anglais et le vietnamien.
 

RELIGION

À la fin de 1980, la religion bouddhiste (la branche theravada étant majoritaire) redevient la religion officielle, et les (jeunes) bonzes sont aujourd'hui présents dans tout le pays. De nombreux lieux de cultes ont d'ailleurs été restaurés. L'animisme et le culte des esprits tentent à s'imposer comme la première forme de croyance spirituelle au Cambodge. L'hindouisme, religion de l'Empire khmer, a quasiment disparu aujourd'hui. Il subsiste lors d'importantes cérémonies rituelles (naissance, mariage...). 

LE VILLAGE DE PHNOM KULEN

Le village de Phnom Kulen, situé à 55 km au Nord Est de Siemp Rap, s'étire sur le plateau d'un massif culminant à 498 mètres. Ce site, connu pour ses vastes ensembles monumentaux comprend de nombreux temples et sites archéologiques. La montagne sacrée de Phnom Kulen est toujours un haut-lieu de pèlerinage des cambodgiens. Près de 200 personnes du village travaillent autour des fouilles archéologiques. 
 
La montagne de Phnom Kulen est maintenant préservée en tant que Parc national. Le plateau abrite un écosystème bourgeonnant et accueille la source de la plus grande rivière  de la région de Siem Reap. Cette eau continue, depuis des siècles, à irriguer les rizières de la zone d'Angkor.
 
Environ 3 500 habitants peuplent le plateau. Les familles vivent essentiellement de la culture du riz, complétée depuis quelques années par la mise en place de fermes familiales à champignons et de jardins qui participent à l'apport nutritif des habitants mais aussi à un complément de revenus.
Placés au cœur d'un environnement verdoyant, les habitants pratiquent aussi la cueillette. Le ramassage du bois pour la cuisine est aussi une tâche quotidienne. Cette pratique, mais surtout celle des sols brûlés, a participé au déboisement de la zone. Des programmes sont mis en place autour de la reforestation et de la création de pépinières en association avec les habitants. Ces programmes s'attachent particulièrement à la réhabilitation de la forêt indigène de Phnom Kulen autour des sites archéologiques, forêt qui servira de barrière naturelle aux sites archéologiques. Cette forêt indigène composée d'arbres à letchis, entretenue par les habitants, leur permettra d'avoir une culture commerciale.
 
Dans ce village aux maisons traditionnelles implantées dans un paysage où les cocotiers abondent, vous découvrirez une vie rurale et sans artifices. Les familles vous proposeront de les accompagner dans la découverte de leurs activités quotidiennes, cuisine traditionnelle khmère, ramassage du bois, visite de leurs temples et des sites archéologiques voisins, accompagnement dans les travaux...
La zone de Phnom Kulen et ses habitants reçoivent aujourd’hui le soutien de l’ONG « Archaeology and Development Foudation » (ADF).
Etablie en collaboration avec les autorités et les communautés locales, l’œuvre d’ADF se concentre sur le développement socio-économique et culturel de Phnom Kulen. ADF travaille également sur les besoins nutritionnels de la population, mène des actions de préservation de l’environnement (reboisement de la forêt indigène, fermes aux champignons, jardins familiaux…) et apporte son soutien aux programmes d’éducation, de médecine et de santé.
 
Le fonds de développement attribué sur le prix de chaque séjour sera géré par cette ONG.
 

Projet de développement Cambodge année 2014 à 2016 : 8 000 $

Fonds de développement dégagé par l'activité touristique solidaire au Cambodge sur les années 2014 à 2016 : 8 000 $

Projets soutenus dans les villages de la montagne de Phnom Kulen : 
  • Adduction d’une école à l’eau via un réseau de pipeline et installation d’un système de purification
  • Installation de toilettes et de lavabos dans l’école
  • Mise en place d’une pépinière sur le terrain de l’école pour reboisement des alentours du village et programme d’éducation à l’environnement en direction des élèves avec en parallèle sensibilisation des villageois. Les élèves seront en charge de l’entretien de la pépinière.
  • Programme éducatif en lien avec les professeurs de l’école autour de la préservation de l’environnement et éducation à l’hygiène
 
Signataires du projet : 
  • Le directeur de l’école et le chef du village. 
  • ADF assure le suivi des projets et communique régulièrement à TDS Voyage l’avancée des projets. Au niveau local, l'association entretient des relations avec les chefs des villages et les conseils de communes depuis déjà 2008.
Les bénéficiaires directs sont les habitants du village et plus particulièrement les élèves de l’école.
 
 
Travaux de raccordement de l'école - Classe d'éducation à la diversification alimentaire - Signature de la convention pour le fonds de développement
 
Voir le témoignage de Véronique, voyageuse 2016 sur notre blog : Lire le témoignage
 
La formule solidaire nous plaît par la proximité que nous avons eue avec les familles qui nous accueillent. Nous voyons leur façon de vivre, leurs coutumes, leur façon de cuisiner, leurs moyens de locomotion... Nous vivons comme eux pendant quelques jours.
Novembre 2015
 
La partie que j'ai préférée sur ce séjour au Cambodge est le partage avec la famille de Phnom Kulen en raison de notre implication dans la vie quotidienne de nos hôtes et de leur accueil très chaleureux. Notamment la plantation des choux, la rencontre avec les artisans vanniers, l'apprentissage de la cuisine locale, etc... Nous avons apprécié également l'accueil, le sourire et la gentillesse des personnes rencontrées dans les divers villages ou au hasard de nos randonnées. Les Cambodgiens sont très courtois.
L'accompagnateur est d'une grande qualité, il connaît trsè bien l'histoire de son pays, sa culture, il est très pédagogue. Il est un excellent organisateur, à l'écoute des voyageurs pour pouvoir adapter le programme autant que besoin. Le chauffeur était très attentionné et sympathique. Les guides locaux dans les villages étaient très gentils et attentionnés également, mais malheureusement les échanges étaient limités car pas de langue commune avec eux.
Novembre 2015
 
J’ai beaucoup apprécié l’alternance entre les visites et l’immersion au sein des communautés dans les campagnes. J’ai aimé découvrir la nature, très diversifiée, les arbres à cajous, les jardins, les champignonnières, les cultures, on a appris beaucoup de choses là-dessus. Vivre sur l’eau dans un village lacustre, ça m’a impressionnée, avec ces enfants qui se déplacent en barque. J’ai beaucoup aimé aussi les balades sur le Phnom Kulen, bien sûr les visites des temples d’Angkor, découvrir le tissage de la soie etc…
Ratana, l’accompagnateur, était très ouvert et à notre écoute,  on pouvait le questionner sur beaucoup de choses. Il  avait également un très bon contact avec la population, ce qui est très important. Le fait d’être en petit groupe chez l’habitant a favorisé l’échange. Ce qui m’a le plus marqué, c’est la gentillesse des habitants, et cet accueil. Vraiment à notre écoute, ils prenaient soin de nous.
Les quelques nuits chez l’habitant, on savait que le confort était un peu plus sommaire mais c’était vraiment bien, on a vraiment beaucoup aimé. Nous avons adoré la cuisine cambodgienne, on mangeait beaucoup de fruits,  un délice ! C’était toujours copieux, hyper copieux, trop copieux… Les épices, c’était délicieux.
C’est la première fois, que l’on voyageait dans le cadre du tourisme solidaire avec TDS Voyage, nous sommes revenus très enthousiastes. Nous avons été bien pris en charge tout au long du voyage, nous avons été cocooné. 
Martine - mars 2015

J’avais déjà  beaucoup voyagé, mais c’était la première fois que je voyageais dans le cadre du tourisme solidaire.  J’ai apprécié le choix des étapes et les lieux de visites, l’équilibre était bien ; entre les visites comme les temples, le séjour chez l’habitant, la campagne, les forêts, les lacs, les rizières... Tout cela vaut vraiment le coup d’être vu mais ce que j’ai préféré ce sont les temples avec la végétation qui a repris ses droits, avec ses grands fromagers et leurs racines immenses, j'ai trouvé cela magnifique. Pendant le séjour, on marche un peu, mais c’est tout à fait abordable pour tout le monde.
L'accompagnateur était parfait, il maîtrisait très bien le français évidement et c’est important. Il connaissait très bien son pays, son histoire et était ouvert à toutes propositions, toutes questions, vraiment c’était quelqu’un de très bien.
Nous avons dormi chez l’habitant en montagne mais aussi sur un village flottant. Nous avons rencontré les villageois, surtout les femmes,  le guide se prêtait bien à son rôle de traducteur et cela quelque soit l’heure. Je pense vraiment que le plus de ce séjour était  l’hébergement et l’immersion au sein des familles dans les villages, c’est comme ça que l’on découvre un pays. J’ai été très satisfaite du confort des hébergements.
Avant de partir, je n’avais aucune image sur le Cambodge. Ce sont des gens très chaleureux, c’est vraiment un peuple gentil. Je pense que l’on reçoit plus que l’on ne donne finalement.
Barbara - octobre 2014