Maroc

TDS s’est investi au sud Maroc lors d’une expertise effectuée pour le compte du Conseil Général de Loire Atlantique. TDS a rencontré l’ONG marocaine Tiwizi qui vient en appui aux associations villageoises de développement. Tiwizi et TDS ont alors souhaité travailler ensemble pour aider à développer une activité de tourisme solidaire au bénéfice de ces associations locales.

Agadir, plaine du Souss et montagnes de l’Anti-Atlas
circuit accompagné
Prochain départ : 11/11/2017
Autre mois de départ :
Durée : 8 jours
À partir de
660 €
*hors aérien
Type :
circuit, excursion, randonnée facile
Public :
tout public
Vous aimerez : Découvrir le Maroc hors des sentiers battus et vous rendre dans des douars (villages) à la rencontre des communautés berbères.

MAROC

Le Maroc
 

GÉOGRAPHIE

Le Maroc se caractérise par une grande diversité de paysages. L'explication à cela est, à l'instar de ce que l'on peut observer en Algérie  également, la présence de la chaîne de l'Atlas qui joue un rôle de barrière et de filtre climatique. Le Maroc compte deux massifs montagneux : l'Atlas, subdivisé en Moyen-Atlas au nord, Haut-Atlas au centre et Anti-Atlas  au sud, et le Rif  (Rif occidentale et oriental), massif montagneux faisant partie du système des Cordillères Bétiques  et situé face à la Méditerranée, avec un climat européen. Le point culminant du Maroc (et d'Afrique du Nord) est le Jbel Toubkal qui culmine à 4 167 m. Quant au Rif, il culmine à 2 450 m avec le Djebel Tidirhine.
 

HISTOIRE

Le nom même de "Maroc" apparaît, semble-t-il, sous les Saâdiens, dynastie ayant régné de 1554 à 1659. Il serait le résultat de la contraction du nom de la ville de Marrakech, la principale de leurs capitales. Auparavant, pour désigner le Maroc, on parlait de Maghreb el-Aqça ou Maghreb extrême.
Le Maroc s'est formé et organisé autour de la personne de ses souverains qui exercent une autorité à la fois spirituelle et temporelle. Dans la réalité, l'Etat traditionnel reposait sur deux principes essentiels : à la base, les tribus étaient égales et demeuraient administrées par leurs propres autorités investies par le sultan, et au-dessus du cadre tribal, se trouvait le niveau politique général incarné par le souverain, chef à la fois spirituel et temporel avec son administration, le makhzen.
La conquête coloniale entreprise dès le XIXe siècle est une nouvelle étape essentielle dans l'histoire des populations marocaines.
Le traité du protectorat signé à Fès en 1912 provoque une vague d'immigration européenne particulièrement importante après la première guerre mondiale. Surtout, la mainmise sur les terres les plus riches et l'introduction des produits européens bouleversent la société et l'économie du pays. La contribution française porte principlament sur trois points : construction des routes et des chemins de fer, développement du port de Casablanca et déplacement de la capitale politique à Rabat.
 
Dès 1930, un fort courant nationaliste se développe, encouragé par le succès d'autres peuples dans leur volonté d'indépendance et par l'affaiblissement des colonisateurs engagés dans la deuxième guerre mondiale. Le roi Mohammed V se rallie alors à la cause du parti de l'Istiqlal (indépendance) mais est destitué puis exilé à Madagascar en 1953. Devant l'ampleur du mouvement nationaliste, les autorités françaises ramènent le sultan de son exil et accordent finalement au Maroc son indépendance le 2 mars 1956.
 

CLIMAT

Méditerranéen et atlantique, avec saison sèche et chaude doublée d'une saison froide et humide.
 

LANGUE

La langue officielle du Maroc est l’arabe, ou arabe littéral. Le dialecte arabe du Maroc est la darija ou arabe marocain, langue maternelle des Marocains arabophones (environ 80 % de la population), couramment parlée dans la rue et la vie quotidienne et pratiquée également par les berbérophones dans leur grande majorité.  
Environ 40 % de la population parle le berbère ou tamazight. Au Maroc, le berbère compte trois dialectes, le rifain au nord, le chleuh ou tachelhit au sud et le tamazight tout court (ou braber) au centre du pays. Le tamazight n'est pas reconnu comme langue officielle, cependant le 17 octobre 2001 le roi Mohammed VI a créé l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), qui a pour vocation de donner avis « sur les mesures de nature à sauvegarder et à promouvoir la langue et la culture amazighes dans toutes ses formes et expressions ».
Le français, bien qu'il ne soit pas langue officielle, reste la langue de travail de beaucoup de ministères marocains et est la langue officieuse des domaines comme l'économie, les études supérieures scientifiques et techniques, entre autres. Il est enseigné dans les écoles primaires, collèges et lycées, dans toutes les universités et dans les écoles supérieures. De plus, un phénomène nouveau semble prendre forme, à savoir que nombre de marocains en milieu urbain élèvent leurs enfants en français afin de leur donner un atout pour leur vie professionnelle.
L'espagnol reste pratiqué dans le nord du pays et dans le Sahara, du fait de l'ancienne présence espagnole. Le nombre d'anglophones au Maroc est encore faible aujourd’hui, mais l’apprentissage de l’anglais est de plus en plus privilégié par les jeunes Marocains en plus de l’italien et de l’allemand.
 

RELIGION

La religion la plus représentée est l’islam, qui regroupe 98,7 % des croyants. Le judaïsme  et le christianisme (ce dernier reste principalement constitué par les résidents européens) suivent avec respectivement 0,2 % et 1,1 %. Le Maroc est aussi le pays arabe ayant le plus de juifs, on en comptait environ 280 000, aujourd'hui environ 1 000 000 de juifs d'origine et de souche marocaine vivent en Israël.

SIDI YOUSSEF

Sidi Youssef est un douar (village) de 45 familles de la commune rurale d’Ait Bourzouine, dans la province d’El Hajeb. Il porte le nom d’un marabout qui a marqué ce territoire au cœur du massif d’Ait Bourzouine. Il appartient à la tribu de Beni M’tir, de la fraction d’Ait Bourzouine. 
L’économie du village repose particulièrement sur l’élevage ovin et caprin. Le développement de l’agriculture irriguée a connu une croissance considérable ces dernières années. Elle a introduit des éléments de transformation de l’économie locale tout en contribuant à l’amélioration des revenus des familles paysannes.  En effet, les cultures de l’oignon et de la pomme de terre ainsi que l’élevage bovin ont connu une apparition dans le système d’activités des habitants de Sidi Youssef. 
Le douar dispose de terres collectives pour le pastoralisme, de terres de culture fertiles et d’une source d’eau qui permet aux habitants de s’approvisionner en eau. Une centaine d'élèves fréquente son école. 
Les habitants préservent également de nombreuses traditions d’inchaden et d’ahidous (poésie amazigh et danse Ahidous), des savoir-faire agricoles, de transhumance et de tissage. Plusieurs associations et coopératives agissent pour le développement humain de Sidi Youssef (Association Sidi Youssef pour le développement rural, association Taggourt pour la jeunesse rurale, coopérative multiservice Adoha, etc.).
 

BOUTAARAART

Boutaaraart est un petit village enclavé dans la partie montagneuse du massif de Tamchachate, commune rurale de Tamchachate. Ce sont six familles apparentées qui partagent ce territoire. Celles-ci descendent de la fraction tribale d’Ait Ali Ou Daoud de la tribu de Guerrouane. 
Ce petit douar est défavorisé tant du point de vue des potentialités économiques, sociales que de l’infrastructure de base. L’école est à 6 kilomètres et souvent, les enfants abandonnent  leur scolarité pour s’occuper des tâches de gardiennage de troupeau.  Quelques panneaux photovoltaïques alimentent le village en électricité. L’économie des habitants  repose sur l’élevage, particulièrement des caprins. Le fromage de chèvre est une des spécialités du village.
Ce douar est particulièrement attachant, les familles manifestent une authenticité remarquable dans l’accueil des visiteurs. Les femmes et les hommes  sont  ouverts et vivent dans des rapports de solidarité et d’entraide très forts. L’agriculture demeure vivrière mais plusieurs associations et coopératives sont présentes à l’échelle de la fraction. On note déjà l’association des musiciens « folklore ahidous » et l’association forestière de protection de la forêt. Avec les habitants, vous pourrez découvrir les ateliers de tissage, partager la confection des repas mais également vous initier à l'art d'ahidous (danse et poésie).
 

VOYAGE EN PAYS BERBÈRE

Le circuit proposé ne comporte pas de séjours d'immersion en Village TDS mais une série de visites, de rencontres et d'échanges dans les villages berbères de la plaine du Souss et les montagnes de l'Anti-Atlas avec quelques excursions à pied accessibles à tout marcheur moyen.
 
L'hébergement se fait en chambres d'hôtes et gîtes ruraux familiaux. 
 
Un partenariat avec TIWIZI, ONG marocaine, pour un appui aux associations villageoises de développement
 
TDS et l'ONG marocaine TIWIZI sont partenaires dans le développement d'une activité touristique solidaire et durable au bénéfice d'associations locales dans la région de Souss.
 
L'Association TIWIZI Chtouka Ait Baha a été créée en 1998 à l'initiative de membres qui sont en majorité des cadres exerçant au sein de l'Administration, dans les professions libérales (médecins, ingénieurs, ...) et dans le secteur privé. Originaires de la Province de Chtouka Ait Baha (Région du Souss Massa au sud Maroc) et issus du milieu rural, ils partagent la cause du développement durable de leur province d'origine et du milieu rural en particulier.
L'association TIWIZI est une structure intermédiaire d'appui aux associations villageoises de développement. À terme, son projet est la construction de gîtes communautaires.
 
Le circuit proposé par TDS Voyage s'appuie sur ces associations et propose la visite de leurs réalisations.
Depuis 2008 et le premier séjour au Maroc, sur le prix du séjour payé par chaque voyageur, une somme de 50 € est réservée au financement de projets de développement communautaires dans les villages visités.
 
Grâce à cette contribution financière apportée par les voyageurs de TDS, l’association marocaine TIWIZI a soutenu la réalisation des projets suivants :
 
  • Construction d’un gîte rural et de sanitaires dans un site historique du village d’Ouled Mimoune. Projet porté par l'association ARGANE Ilallen.
  • Cofinancement d’autres projets dans les domaines des équipements (équipements périscolaires) et dans la formation des acteurs locaux.
  • Formations en gestion relative à l'écotourisme des membres des associations locales.
  • Amélioration des sanitaires chez l’habitant à Douar Talkrdouste.
  • Peinture du gîte Aït Mimoun.
  • Appui à la construction du Centre d’accueil Ibis Chauve à Douar Afayane.
La culture et la disponibilité de notre guide Hassan nous a permis de découvrir une facette inconnue du Maroc, beaucoup d'échanges, de grandes discussions sur la culture berbère... Nous étions un petit groupe mais c'était très enrichissant, n'hésitez pas à aller découvrir le sud du Maroc, les gens y sont très accueillants et le tourisme solidaire est vital pour certains… 
Nicole - Avril 2017

Voyageurs et berbères heureux et solidaires

J’ai cherché longtemps avant de trouver le voyage de TDS au Maroc, celui qui correspondait à mes attentes. Et j’ai été ravie par la qualité de ce voyage. Je connaissais la beauté des paysages marocains, mais faire de vraies rencontres avec les berbères, hors du tourisme mercantile, c’est vraiment un plaisir. Hassan, notre accompagnateur, est  plus qu’un guide, un agent de développement militant pour le tourisme solidaire, mais surtout un médiateur interculturel. Vaincre les préjugés des uns et des autres pour les faire se rencontrer et à domicile, c’est encore mieux ! La simplicité de l’accueil, la spontanéité  des échanges font de ces échanges des moments rares et font sentir quelques instants ce qu’est la générosité humaine. Cela fait du bien !
Voyager retrouve alors tout son sens
Claudine 

Ce que j'ai apprécié, c'est que le voyage était extrêmement diversifié. Je suis toujours surpris de tout ce que nous avons fait. Les visites étaient très bien. Les paysages de montagnes ocres avec les arganiers, c'est vraiment superbe. Hassan, l'accompagnateur, a totalement enrichi notre vision du voyage et notre voyage lui-même. Je crois que ce n'est pas la peine de comparer, parce qu'avant de partir, je pensais que nous aurions pu prendre un camping-car et aller nous-mêmes au Maroc mais être en contact avec Hassan et profiter de sa connaissance des lieux et des personnes, cela n'a juste rien à voir. C'est aussi beaucoup plus chaleureux. J'ai aussi beaucoup apprécié la nourriture marocaine. Nous avons mangé des tajines tous différents les uns des autres.
Quand je parle de ce voyage à mon entourage, je fais souvent cette comparaison. C'est un peu comme lorsque vous achetez un produit, vous avez le choix entre l'acheter dans un centre commercial ou chez un petit producteur. Si vous achetez dans un supermarché, vous avez un voyage conventionnel dans un hôtel, et si vous achetez au petit producteur, vous avez un voyage concocté par TDS. Ce n'est pas le même type de voyage, ce n'est pas comparable. Pour moi, ce type de voyage est un voyage de partage, un partage de culture. 
Luc 


C'était la première fois que j'allais au Maroc et aussi la première fois que je partais seule avec un petit groupe. J'ai beaucoup apprécié cette expérience. Le programme proposé était très riche et très varié. L'organisation était parfaite, Hassan, notre accompagnateur, était toujours attentif aux besoins de chacun, et n'hésitait pas à nous donner toutes les explications nécessaires pour que nous puissions comprendre la vie locale, la culture, l'histoire... Il veillait en permanence à notre bien être, organisait au quotidien nos visites de façon très professionnelle. C'est un excellent guide touristique, qui a une culture très riche et qui sait la partager de façon très simple et accessible à tous.
Les rencontres des villageois et de la culture Berbère ont été fabuleuses, nous avons vécu de réels échanges avec la population locale. Elles ont permis de donner un sens à notre voyage.
Entre la mer, les montagnes et le désert, la découverte des paysages était fantastique. Les randonnées dans des cadres exceptionnels et aux paysages riches, très variées et sympathiques nous amenaient toujours à faire des rencontres agréables et inoubliables. Nous avons pu participer librement à différentes activités avec la population. Nous avons vu des projets de développement durable  mis en œuvre, en particulier grâce à la part éthique et solidaire.
Grâce à ce séjour qui restera gravé dans ma mémoire, j'ai pu découvrir, m'évader, me dépayser, rencontrer, m'ouvrir aux autres et être heureuse, tout simplement heureuse de vivre et de voyager.
Pour tous ces moments inoubliables, MERCI à vous et MERCI à Hassan
Sylvie 


Je viens, un peu tardivement, apporter mon point de vue sur le séjour que j'ai fait au Maroc début octobre. Ce fut un voyage très agréable dont je garde un excellent souvenir. Le guide Hassan a une grande culture et nous fait découvrir avec passion les berbères.
Le chauffeur, Hassan également, est à la fois très attentionné et très discret et assume sa tâche avec beaucoup de sérieux.
Notre groupe de 8 personnes a aussi contribué à rendre agréable ce séjour.
Si je peux me permettre une suggestion, ce serait d'organiser une rencontre entre femmes ; la tradition fait que les femmes là-bas ne participent pas ou rarement aux échanges. Il me semble que quelques-unes qui parlent français pourraient accepter un tel échange ; nous en avons rencontré une qui visiblement avait envie de parler cependant nous n'avions pas de temps prévu pour cela.
Sylvie 


J’ai beaucoup apprécié le voyage au Maroc : le guide (ainsi que le chauffeur) étaient très professionnels et avaient préparé un excellent programme, avec des visites intéressantes de diverses associations villageoises et une progression au cours de la semaine qui nous a permis d’aller à la rencontre des habitants de villages de plus en plus reculés (on a ainsi pu comprendre progressivement la culture locale, sans choc culturel). Mon seul regret concernant le programme, c’est que la partie « randonnée » était très limitée –mais c’est ce qui était indiqué dans le programme- donc, pas de surprise.
Les paysages étaient superbes et cette région du Maroc est vraiment agréable à visiter, avec une population accueillante et qui est en train de s’ouvrir vers l’extérieur (espérons que le tourisme de masse ne détruise pas la possibilité de rencontres authentiques).
En conclusion ce voyage était vraiment réussi !
Voyageur du Maroc


Nous tenons à vous remercier pour ce séjour au Maroc, vraiment formidable sous tous points de vue. Que de découvertes et de richesses !
Nous avons beaucoup apprécié Hassan, si professionnel et si humain. Nous appréhendons beaucoup mieux, maintenant, la réalité berbère.
Jeannine et Thierry – Maroc


Encore un grand merci, Hassan, pour ton professionnalisme, doublé d'une personnalité attachante, qui a su nous faire partager la culture et les réalités vécues par les Berbères de ton Pays.
Jean – Marc


Nous voici revenus d'Agadir où il faisait très chaud, emplis de paysages, de visages, de rencontres, de couleurs, d'odeurs, de questions, de réponses, très heureux de toutes ces découvertes et alertés par l'urgence d’une situation de pénurie d'eau qui nous interpelle, évidemment. Bravo aux 2 Hassan qui nous ont épaté l'un par sa maîtrise et sa dextérité au volant (et sa grande bonté), l'autre par sa maîtrise de tous les sujets économiques, politiques, sociologiques, religieux, historiques ...de sa région, de son pays et même de la France... c'est renversant !!! »
Aline et Yves - Maroc